Soutien politique à la candidature UNESCO de la baguette de pain française

Capture d’écran 2019-07-31 à 20.11.40.png

Sénatrice de Paris et fondatrice du Club de la Table Française, Catherine DUMAS s’engage régulièrement pour promouvoir et soutenir les métiers d’art et d’excellence qui participent de la vitrine de la France dans le monde.

La gastronomie est un terrain de prédilection pour cette élue parisienne engagée pour le rayonnement de la France et la défense de nos savoir-faire.

Il y a tout juste dix ans, vous avez lancé le Club de la Table Française. En quoi consiste cette initiative ?

L’art du « bien manger » et du « bien boire » est une pratique répandue dans notre pays. Il participe à notre identité et à notre réputation à l’international. C’est ce qui a prévalu au lancement du Club de la Table Française, un regroupement des professionnels de la filière, des chefs et des élus de toute la France et de toutes sensibilités.

Nous l’oublions parfois, mais notre modèle alimentaire français est une exception construite sur un patrimoine historique, culturel et territorial. Cette spécificité est une force que nous devons exploiter et mettre en valeur !

En quoi le contenu de nos assiettes peut-il relever de notre patrimoine ?

Chacune de nos régions peut s’appuyer sur un corpus de recettes, de productions et de savoir-faire culinaires qui se transmet et s’enrichit de génération en génération. C’est pour cette raison que lors de mon premier mandat au Sénat, j’ai accompagné avec succès le classement UNESCO du Repas Gastronomique des Français. Une reconnaissance internationale de cette composante de l’art de vivre à la française qu’on nous envie à l’étranger et qui fait que chaque fois que nous avons une bonne raison de le faire (mariages, naissances, anniversaires, retrouvailles...) nous attachons de l’importance à l’organisation d’un moment festif, assis, à table, dans le cadre d’un repas séquencé, avec une attention particulière à la décoration, à la qualité des produits, à l’accord parfait entre mets et vins...

Après ce classement UNESCO du Repas Gastronomique à la Française, vous vous mobilisez en faveur de la Baguette de pain ?

Oui, j’accompagne depuis deux ans la candidature de la baguette tradition- nelle française au patrimoine immaté- riel de l’UNESCO. Cette candidature est portée par la Confédération Nationale de la Boulangerie Française (CNBF). La baguette est un produit emblématique du patrimoine alimentaire français, un sym- bole de la France à l’étranger, au même titre que le vin ou le fromage. Tous les jours, 12 millions de Français passent la porte d’une des 33 000 boulangeries et, chaque année, plus de 6 milliards de baguettes sortent des fournils. Se rendre à la boulangerie est une véritable pratique sociale qui rythme la vie des Français sur tout le territoire. Une expérience collective et populaire. Ce type d’habitudes doit être protégé pour maintenir une diversité face à la mondialisation croissante. Notre patrimoine fait notre spécificité !

Où en est-on ?

Lors de la session du 23 novembre 2018, les membres du Comité du Patrimoine Ethnologique et Immatériel (CPEI) ont ins- crit le dossier à l’Inventaire national. Cette étape nationale, franchie avec succès, était un passage obligé dans la course à l’UNESCO. Il nous faut maintenant peaufiner notre dossier pour rejoindre la pré-sélection française. Nous disposons désormais de deux petites années pour peaufiner notre dossier.

Qui peut soutenir ?

Cette candidature est une formidable opportunité économique, politique et sociale. C’est aussi une candidature natio- nale, ancrée dans les territoires, valorisante pour la boulangerie artisanale et pour toute la filière (agriculteurs, meuniers, producteurs de levure et de sel...). Présidente du Comité de soutien politique, je peux témoigner de l’élan fédérateur et populaire que porte cette candidature. Nous pouvons déjà compter sur le sou- tien de très nombreux parlementaires, du Président de la République, du Premier Ministre et du Président du Sénat. Mais, le plus important, c’est ce sondage réalisé mi-décembre par l’Institut CSA qui révèle que 9 Français sur 10 soutiennent cette candidature de la baguette de pain. L’expression d’un attachement populaire !