Tribune de Michel Herbillon : Face au ralentissement économique, il faut accélérer les réformes

Capture d’écran 2018-10-13 à 19.31.57.png

En cette rentrée 2018, le constat est sans appel. Les dernières statistiques de l’INSEE montrent que la croissance en France décroche sérieusement avec une hausse d’à peine 0,2% du PIB au 2ème trimestre, identique à celle du 1er trimestre. 0,4% de crois- sance sur les 6 premiers mois de l’année 2018 : la France est la lanterne rouge en Europe. La prévision de 2% de croissance pour l’ensemble de l’année 2018 est désormais hors de portée et a dû être sérieusement revue à la baisse, comme celle de 2019.

Malheureusement, les mauvaises nouvelles s’enchaînent pour notre économie. Les prévisions de déficit budgétaire s’aggravent de près de 6 Mds d’€ pour 2018, à 2,6% du PIB. L’inflation revient en France à un niveau inédit depuis 10 ans. Sans parler du nouveau record que la France a décroché en 2017 en matière de prélèvements obligatoires et de dépenses publiques.

Malgré ce constat inquiétant, le Gouvernement n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation.

Dès son élection, le Président de la République aurait dû profiter du contexte politique et économique favorable pour enclencher les réformes d’ampleur dont notre pays a besoin. Hélas, en 16 mois, que de perte de temps et d’énergie ! Si certains textes ont pu aller dans le bon sens comme les ordonnances sur le code du travail ou la réforme de la SNCF, force est de constater que ces réformes sont à minima et très éloignées des grandes déclara- tions d’intentions pour transformer notre pays.

Le budget 2019 illustre bien ce manque d’ambition réforma- trice. La détérioration des indicateurs économiques conduit le Gouvernement à accumuler de nouveau des mesures coup de rabot et de trésorerie tout en laissant filer le déficit.

- En 2019, notre déficit budgétaire va de nouveau se creuser et frôler les 3% du PIB.
- Les baisses d’impôts sur les entreprises sont décalées : la baisse de 4 points des cotisations patronales pour la transformation du CICE en baisse de charges pérenne est décalée au 1er octobre 2019. En parallèle, le taux du 5ème acompte de l’IS augmentera pour les entre- prises réalisant plus de 250 millions d’€ de chiffre d’affaires. Un gain de trésorerie pour l’Etat sur le dos des entreprises d’1,3 Mds d’€.

- 3 prestations sociales (les APL, les allocations familiales, les pen- sions de retraite) ne seront plus indexées sur l’inflation. Le pouvoir d’achat des familles, des classes moyennes et des retraités va être amputé. Ainsi, les retraités, qui n’ont pas connu d’augmenta- tion de leurs pensions en 2014, 2015, 2016 et 2018, et qui ont subi la hausse de 1,7% de la CSG cette année, vont connaître une nouvelle baisse importante de leur pouvoir d’achat.

- Les effectifs de la fonction publique restent toujours aussi impor- tants. La prévision du Gouvernement pour 2019 d’une réduction de 4500 emplois publics sur les 5,5 Millions de fonctionnaires, compromet l’engagement présidentiel de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires sur le quinquennat.

- Quant à la réforme de l’Etat, elle est toujours différée. Les dépenses publiques ne baissent pas et donc les impôts non plus. Ce que le Gouvernement impose autoritairement aux collectivités locales, au risque d’entraver leur liberté et leur autonomie, l’Etat s’en exonère.

Face à cette situation économique préoccupante, la seule voie possible est celle des réformes d’ampleur.

Il n’est plus possible de continuer ainsi au risque de subir un déclas- sement économique et social irrémédiable. Le Gouvernement doit enclencher rapidement la baisse massive et simultanée des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires, la réforme des 35h, celle des retraites, la baisse de notre masse salariale publique, ou encore la réduction des normes et des contraintes bureaucratiques qui pèsent sur nos entreprises et sur les ménages. Génération Entreprise a formulé depuis longtemps de nombreuses propositions sur la fiscalité des entreprises, sur les technologies d’avenir, sur l’aménagement du territoire ou encore sur l’adaptation de notre modèle social pour le rendre plus juste et plus efficace... Le Gouvernement ferait bien de s’en inspirer pour libérer notre potentiel de croissance.

L’ampleur de la tâche est devant nous. Mais je suis convaincu que nos concitoyens ont parfaitement conscience des efforts à réali- ser et qu’une grande partie d’entre eux sont prêts à les faire. A une condition, que ces efforts soient utiles et réellement efficaces pour redresser notre pays et permettre aux générations futures de retrouver un pays prospère et conquérant.