La clé de la performance entrepreneuriale : le management par le sport par Sophie Auconie

Capture d’écran 2018-10-13 à 19.57.10.png

Sophie Auconie, Députée del’Indre-et-Loire et membre de la Commissiondu développement durable, est égale-ment Vice-Présidente du Groupe d’Étude Sport et Co-Présidente du Club Sport. Elle a, par ailleurs, exercé plusieurs fonctions entrepreneuriales. Active et engagée sur les thématiques sportives, Sophie Auconie promeut la pratique du sport pour tous et notamment au sein des entreprises.

Quel regard portez-vous sur le monde sportif ?


Cet été sportif, notamment avec la victoire des Bleus, nous l’a confirmé : le sport fédère ; il est un outil de cohésion. Le sport, ce n’est pas que du sport. Outil de santé publique et de cohésion sociale, il est aussi un véritable levier de croissance économique. L’économie du sport repré- sente, en France, près de 2% du PIB pour l’année 2017, avec un taux de croissance en constante augmentation. Au niveau mondial, d’après l’OCDE, l’économie du sport représenterait près de 2% du PIB. Á l’échelle européenne, le marché français du sport est le 3ème marché en valeur. La crois- sance significative du volume d’emplois dans le sport en fait désormais un sujet de politique publique. Le Gouvernement a ainsi fixé pour objectif d’augmenter de 3 millions le nombre de pratiquants. Pour développer la pratique sportive, qu’elle soit compéti- tive, de loisirs ou de santé, il est nécessaire d’agir sur un ensemble de leviers.

Au-delà de cet outil de cohésion sociale et de santé publique, le sport est, à mon sens, un instrument adapté au monde entrepreneurial : les pratiques managé- riales adossées au sport sont une clé de management dans l’entreprise.

Pourquoi encourager le sport en entreprise ?


Dans un récent rapport, des chercheurs indiquent que 30 minutes d'activité physique par jour offriraient 12% de gain de productivité pour un salarié. Par ailleurs, environ 9% d'économies seraient réalisées par l'entreprise sur les frais de santé annuels d'un employé si celui-ci participe à une activité physique régulière.

Au-delà, les valeurs du sport sont des vertus que doivent aussi incarner les salariés de l’entreprise : confiance en soi, cohésion, respect, abnégation, motivation, performance, gestion des émotions, fair-play...

Le management par le sport transcende l’intérêt collectif, la capacité à collaborer. Il offre un apprentissage de la gestion des échecs et des succès. Les entreprises qui évoluent le mieux aujourd’hui sont celles qui ont conscience de cette transversalité, quelle que soit leur taille. Il faut sortir des logiques, comme « hiérarchiser pour laisser l’équipe prendre forme », pour fédérer afin de réussir. L’engagement n’est pas le même quand les salariés sont associés ; ils s’impliquent d’avantage et deviennent plus performants.

Le management doit être une construction quotidienne. Trouver perpétuellement les éléments générateurs de cohésion pour mener son équipe à performer et s’investir dans l’entreprise.

Comment promouvoir la pra- tique sportive dans le monde entrepreneurial ?


J’identifie deux vecteurs. D’une part, le team building : il s’agit d’organiser des évè- nements sportifs en associant les collabo- rateurs afin de renforcer l’esprit d’équipe et valoriser un sentiment d’appartenance. D’autre part, pour les cadres dirigeants, porter un management sportif se fondant sur celui pratiqué à haut niveau, semble un gage de réussite. S’adosser aux pra- tiques d’une équipe de sport représente une façon différente de manager. Dans certains secteurs, je qualifierais même cette méthode managériale d’"innovante". Beaucoup d’anciens sportifs de haut niveau mettent à la disposition des entre- prises des modules de formation. Il existe une entreprise de ma circonscription qui a recruté dans son encadrement des hommes et des femmes pratiquant ou ayant pratiqué un sport collectif. Dans cette entreprise performante, l’ambiance et le climat social semble particulièrement serein. Rappelons la philosophie partagée de Pierre de Coubertin « Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour vaincre ».