Le modèle économique Vendéen : un exemple à suivre par Didier Mandelli

Alors que le nombre de demandeurs d'emploi continue à progresser au niveau national, quelques départements résistent, comme la Vendée.  Le jeune sénateur vendéen, Didier Mandelli apporte un éclairage sur ce miracle économique.

DM QAG.jpg

On parle souvent de la réussite économique exemplaire de la Vendée. Comment se caractérise-t-elle ?

La Vendée, ce sont des PME leaders dans leur secteur à l’échelon national, européen et parfois même mondial mais aussi une agriculture performante,  des emplois et un taux de chômage qui reste inférieur à la moyenne nationale. En effet, en 2014, il figure parmi les taux les plus bas du grand ouest. Le nombre de créations d’emplois est supérieur à la moyenne nationale et les emplois y sont souvent plus qualifiés.

Les fleurons économiques de la Vendée sont Fleury-Michon (plats cuisinés), Bénéteau (construction nautique), Sodebo (pizzas), PRB (produits de revêtement pour les bâtiments), Briand (charpentes métalliques), les meubles Gautier, Cougnaud (constructeur modulaire), Véranda Rideau, le groupe Dubreuil (Air Caraïbes…), ou encore AMP (réalisations audiovisuelles et multimédia).

Avec 56200 entreprises, la Vendée est le département qui compte le plus de PME en France. On dénombre une entreprise pour 17 habitants contre 1 pour 20 en moyenne nationale. C’est un maillage d’une étonnante densité car sur 282 communes, seules 2 d’entre elles n’ont pas d’entreprise sur leur territoire.

Le Vendée Globe et le Puy du Fou sont enfin deux pôles d’attraction touristique particulièrement dynamique pour le département.

 

Comment expliquez-vous le dynamisme économique de la Vendée ?

Cette réussite qualifiée par les économistes de « miracle économique vendéen » s’explique tout d’abord par l’histoire : le traumatisme de la guerre de Vendée et la méfiance du pouvoir central ont forgé un  état d’esprit vendéen. Les vendéens étaient des « graines de rebelle », selon l’historien Michel Charmard. Les vendéens ont appris à ne compter que sur eux.

Cette réussite économique s’explique également par le goût d’entreprendre, la culture du travail bien fait, la créativité et l’entraide des vendéens.

Cette forte volonté d’entreprendre couplée à l’action d’hommes politiques volontaires (désenclavement routier et ferroviaire, création de vendéopôle, installation du haut débit), a permis de créer de vraies success stories.

 

Quelle est la particularité de ces sucess stories vendéennes?

Ces entreprises sont familiales dès l’origine et c’est sans doute une des clés de cette réussite. Ce sont des sociétés bâties par des artisans devenus entrepreneurs qui se  sont développées sans quitter  leur  village et leur famille. Ce sont des dirigeants qui ont préféré l’investissement aux dividendes, en consacrant toutes leurs forces à leur propre développement.

La vocation d’une PME familiale est intergénérationnelle. Le devenir de l’entreprise est privilégié au profit immédiat. La stabilité de l’actionnariat est une garantie de l’emploi. Et le rôle de ces entreprises va au-delà de l’emploi. Elles agissent localement dans la vie publique. Par exemple, nous n’aurions pas eu d’EHPAD ultra performant au Poiré-sur-Vie (commune de 8 000 habitants) sans Yves Cougnaud (constructeur modulaire).

Les entreprises familiales, dans leur diversité, sont les témoins d’un autre mode de fonctionnement de l’entreprise. Un mode orienté vers le long terme, les hommes et la volonté d’entreprendre ensemble. Et c’est ce modèle d’entreprise qui a permis de résister à la crise économique et de maintenir, voire même de développer les emplois.

Aujourd’hui, ces entreprises doivent faire face à des enjeux stratégiques pour continuer à exister, notamment celui de la transmission aux générations futures. La question de la fiscalité de la transmission est au cœur des préoccupations. Nous devons, en tant élu, favoriser et préserver ce modèle économique qui a fait ses preuves.

Malgré un désir de transmettre affiché par la grande majorité des dirigeants d'entreprise, seule une faible part des entreprises familiales est effectivement transmise à la génération suivante : 14 % en France, d'après un rapport récent de l'Institut Montaigne, à comparer à 51 % en Allemagne et 70 % en Italie.

En effet, transmettre son entreprise à un membre de sa famille c’est relever un double challenge : celui de la pérennité de l’entreprise si la famille ne s’entend pas et celui de la fiscalité sur la transmission qui peut s’élever à 45 % si rien n’est anticipé (versus  0 % en Allemagne par exemple). Devant ces difficultés, les chefs d’entreprise préfèrent vendre à un tiers.

La fiscalité sur la transmission doit être assouplie pour pérenniser ces modèles économiques.

Aujourd’hui quel doit être le rôle du politiquepour accompagner le développement économique ?

Un élu doit être un facilitateur. La volonté politique, qu’elle soit locale ou nationale, doit être forte pour favoriser l’implantation et le développement des entreprises. Cela doit se traduire par des incitations fiscales (des offres de terrain par exemple) et par une politique de formation efficace et adaptée aux besoins locaux.

En France, chaque année, plus de 400 000 recrutements ne se font pas faute de candidat qualifié.  Des milliards d’euros sont alloués à la formation. Or on constate une inadéquation entre les besoins des entreprises et la qualification de main d’œuvre. En Vendée, les formations essaient de répondre fidèlement aux besoins des entreprises locales. Des entreprises qui peuvent parfois être concurrentes, se rassemblent pour financer des formations communes. C’est une autre des clés de cette réussite économique.

De plus, les entreprises attendent un assouplissement du code du travail pour libérer l'embauche, une stabilisation et une simplification du cadre législatif et réglementaire français comme européen, un allégement significatif de la fiscalité et du coût du travail (baisse des charges salariales et patronale) ainsi qu’une simplification de la transmission d'entreprises. Ce ne sera qu’à ces conditions que les entreprises françaises se développeront et créeront de l’emploi.
Dans un contexte d’innovation numérique et de contraintes environnementales, notre rôle d’élu doit être d’accompagner les entreprises à maintenir et faire évoluer les emplois.